Des investissements de 3 millions $ pour le centre de Lévis

Postuler

C’est lors d’une conférence de presse tenue à l’usine de Lévis que la Société VIA et RECYC-QUÉBEC ont annoncé des investissements majeurs de 3 millions de dollars visant à améliorer la qualité du tri du papier journal, actuellement la meilleure offerte sur le marché au Québec. L’entreprise, qui offre déjà une performance supérieure dans le domaine du recyclage, entre autres grâce à sa capacité de traitement, conserve sa position de chef de file au Québec dans le tri et la revente de matières recyclables, notamment du papier, du carton, du métal, du plastique et du verre.

« Nous produisons la meilleure qualité de papier journal trié au Québec », souligne André Poitras, président-directeur général de la Société VIA. « Nous approvisionnons plus d’une vingtaine de grandes entreprises manufacturières québécoises dans divers domaines et nous en sommes très fiers ».

Cet investissement a rendu possible l’acquisition de nouveaux équipements de production à la fine pointe de la technologie, notamment des lecteurs optiques à jet d’air comprimé. Ces équipements ultra-modernes augmentent la qualité du tri du papier journal et ainsi améliorent la rentabilité des opérations. Les bénéfices seront entièrement réinjectés dans l’amélioration continue des installations.

Provenant d’un financement de près de 1 million $ de RECYC-QUÉBEC pour soutenir la modernisation des centres de tri et d’un emprunt du Centre financier Desjardins aux entreprises, ces investissements ont permis la création de six nouveaux emplois permanents et l’amélioration des conditions de travail des employés. Monsieur Poitras affirme que « de cette façon, le travail est beaucoup moins exigeant physiquement pour les employés. Nous portons une très grande attention à leur bien-être et avons leur santé et leur sécurité à cœur ».

« RECYC-QUÉBEC est fière de soutenir financièrement des projets qui tendent à développer l’économie circulaire au Québec. L’esprit d’innovation et le dynamisme dont fait preuve la Société VIA afin de moderniser ses équipements de tri prolongera le cycle de vie des matières en les éloignant des sites d’enfouissement, tout en permettant à d’autres partenaires d’en bénéficier et d’innover à leur tour. Ce projet aura notamment pour effet de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d’accroître la coordination des entreprises pour assurer une gestion plus profitable et plus responsable des ressources au Québec », souligne M. Dany Michaud, président directeur-général de RECYC-QUÉBEC.

Présent pour l’occasion, le maire de Lévis, monsieur Gilles Lehouillier s’est montré enthousiaste face au projet de l’organisation : « C’est pour nous une grande fierté de voir nos partenaires tels que la Société VIA effectuer des investissements majeurs dans leurs installations afin de continuer à innover et ainsi assurer le maintien et la création de nouveaux emplois dans la région. Félicitations pour cette vision porteuse d’avenir, qui permettra à l’organisation de demeurer un chef de file dans son domaine ».

12646903_1014662181939555_6277691457275858007_o

De gauche à droite: Jean-Sébastien Daigle (VP aux opérations de la Société VIA), Dany Michaud (PDG de RECYC-QUÉBEC), André Poitras (PDG de la Société VIA) et Gilles Lehouillier (Maire de Lévis)

Une entreprise engagée

En plus d’être une entreprise prospère et écoresponsable, Société VIA encourage les marchés d’ici. De fait, la société travaille en partenariat avec plusieurs entreprises québécoises, dont Benolec dans la fibre d’isolation, Cascades dans le papier et carton et Soleno dans le plastique.

L’entreprise souhaite sensibiliser la population à recycler davantage en apportant un soutien auprès de la population afin d’assurer une société économiquement et environnementalement saine. « Le citoyen voit en le recyclage une façon simple de s’investir dans la lutte contre les changements climatiques. Il est important de noter également que la collecte sélective coûte 18 fois moins cher que l’enfouissement ou l’incinération des déchets dans la région », termine M. Poitras.